Le blog

Bienvenue dans la gazette de la Tribu ! Ressources, conseils pratiques, débriefing des événements organisés par P.Factory, interviews d’entrepreneurs… on parie que vous trouverez votre bonheur !

Se développer

L’échec ? Oui mais le bon !

lun. 16 Oct 2017

À en croire les magazines, l'échec serait devenu tendance ! Chez P.Factory nous sommes convaincus que l'échec n'est pas un problème, si et seulement si, il est maitrisé. On vous explique pourquoi :)

En France, en 2016, on estimait que près de 90% des startups échouaient. Un chiffre peu fiable compte tenu de la difficulté à quantifier le nombre total de startups dans le pays. Paradoxalement, depuis quelques temps, on remarque une tendance à célébrer l’échec, comme par exemple dans ce témoignage effectivement intéressant, publié récemment sur Frenchweb.fr. Mais le fait d’échouer est-il si « cool » que ça ?

Chez P.Factory, nous sommes de ceux qui pensent qu’il existe deux types d’échecs : le bon et le mauvais.
L’échec en soit n’est pas un problème. D’ailleurs, en 3 ans nous avons intégré 80 startups à notre tribu. Une trentaine ont arrêté leur activité. En effet, c’est dans la nature de P.Factory d’accompagner des projets, de les tester le plus vite possible, et de sentir s’ils peuvent marcher ou s’ils vont échouer. Et de préférence, avant qu’ils ne soient financés par des investisseurs, afin d’améliorer le retour sur investissement des investisseurs en leur permettant de financer en priorité des projets plus murs.

Si nous constatons en moins de 6 mois qu’un projet ne connaitra pas le succès, alors nous ne considérons pas qu’il s’agisse d’un échec. Le véritable échec  aurait été d’y passer trop de temps. Pire encore, de s’en rendre compte le jour où la startup ne perçoit plus aucune aide financière et où ses fondateurs ont épuisé leurs ressources personnelles et indemnités Pôle Emploi ! 😉

Alors nous entendons déjà les protestations : « mais on ne peut pas réussir en 6 mois ! ». C’est exact. Nous estimons qu’il faut 5 ans pour qu’une startup devienne une entreprise, et 10 ans pour qu’elle puisse être qualifiée de succès. En revanche, nous sommes persuadés que 6 mois suffisent pour identifier des projets qui ne peuvent pas fonctionner, principalement parce que finalement la proposition de valeur de suscite aucun intérêt auprès des clients potentiels.

Nous sommes aussi de ceux qui considèrent qu’un échec est bon si on peut en tirer des enseignements.
Chez P.Factory, nous parions sur des projets qui répondent à un vrai besoin et dont l’équipe est pertinente pour mener à bien ce projet. Si c’est le cas, nous l’intégrons à notre tribu, nous travaillons ensemble et fixons des KPI (Key Performance Indicators) qui nous permettrons de mesurer l’avancement. Si la startup n’atteint pas ses objectifs, nous travaillons avec elle pour trouver des solutions. Si rien ne change, alors il faut avoir le courage de regarder les chiffres en face et arrêter ! C’est dur, très dur ! Tout pousse à s’entêter : l’environnement familial et amical, les autres startups, le refus d’accepter l’échec…  Et les entrepreneurs qui ont le courage de le faire méritent tout notre respect et ont tout notre soutien.

Mais nous pensons qu’il est légitime d’abandonner un projet s’il n’est pas viable. Rien ne sert de continuer à payer un loyer, ou tout autre type de charges inutiles, pour un projet sans potentiel de croissance. Nous préférons que les fondateurs des startups que nous accompagnons allouent leur temps et leur argent à des solutions pour se relever et rebondir. Rien ne nous attriste plus que de voir des fondateurs géniaux s’entêter dans un projet non viable. Et il y a beaucoup de façon de rebondir !

Une fois le bilan dressé, on ne perd pas de temps et on tire des conclusions : quelle expérience a été acquise ? Est-il possible de faire un pivot ? Faut-il relancer un nouveau projet ? Ou alors, trouver un nouveau boulot dans une autre startup de la tribu P.Factory ?

Ce qu’il faut retenir de la philosophie P.Factory, c’est que l’échec en soit n’est pas un problème. L’important est d’échouer vite pour pouvoir rebondir. Chez P.Factory, c’est ce bon échec là que l’on recherche. Et nous n’aurons pas peur d’affronter les tempêtes avec nos startups, d’accompagner leur projet pour savoir le plus rapidement possible s’il sera un succès ou non.

Alors, si vous aussi vous souhaitez avancer vite et intelligemment, rejoignez la tribu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informés des prochaines dates

Inscription newsletter >
Ressources

Consulter le dernier livre blanc

A venir prochainement :)

Télécharger  >

Vous avez aime ? vous aimerez aussi :